Cameroun : Les propositions de Smart Click Africa pour lutter contre les FakeNews lors des élections de 2025

cameroun-:-les-propositions-de-smart-click-africa-pour-lutter-contre-les-fakenews-lors-des-elections-de-2025

1 Avr 2024 | Actualités | 0 commentaires

[ICT Media STRATEGIES] – Quelles sont les meilleures stratégies pour lutter contre les FakeNews en période électorale ? Le président de l’association Smart Click Africa, Beaugas Orain Djoyum, a entretenu des journalistes et fact-checkeurs sur quelques bonnes pratiques à adopter lors des élections de 2025 au Cameroun.

Beaugas Orain Djoyum s’exprimait lors de la deuxième édition de l’#AFFCameroon Conference 2024 qui s’est tenue les 27 et 28 mars 2024 à l’hôtel Djeuga Palace à Yaoundé sous le thème général : « Lutte contre les menaces numériques aux élections au Cameroun : Stratégies de lutte contre la désinformation en période électorale ».

S’inspirant de l’actualité en Afrique, le président de Smart Click Africa a pris des exemples concrets de création et de propagation des fake news au Sénégal lors de la récente élection présidentielle de mars 2024 ayant portée le président Diomaye Faye à la tête de l’Etat.

Beaugas Orain DJOYUM a souligné que beaucoup de fake news sont relayées pendant la période électorale en vue de manipuler l’opinion. « Ces Fake news sont la plupart du temps relayéds par tous les partis. C’est-à-dire les partis d’opposition qui veulent acceder au pouvoir et le parti au pouvoir qui souhaite se maintenir au pouvoir » affirme le Président de l’association Smart Click Africa.

C’est pourquoi il a recommandé aux participants d’avoir le doute permanent face à tout type d’information et d’adopter le reflexe du bon journaliste : la vérification auprès des sources autorisées. Avec les cinq questions essentielles à se poser.

De plus, Beaugas Orain DJOYUM a formulé quelques recommandations établies par l’association Smart Click Africa pour mieux lutter contre la désinformation en période électorale au Cameroun. Tout d’abord, Smart Click Africa suggère qu’une coalition de journalistes, fack chekeurs et influenceurs soit créée pour tracker et vérifier toutes les fausses informations qui vont circuler sur les réseaux sociaux en 2025 lors des différentes élections programmées.

Il propose par ailleurs de créer un hashtag pour signaler les Fake News et les articles fack-checkés relatif aux élections et à la campagne (#CheckCam2025 ou encore #CheckEtoudi2025) ; ensuite former et sensibiliser davantage les journalistes et influenceurs aux techniques de vérifications des Fake News.

Enfin, Smart Click Africa invite le gouvernement à discuter et négogier avec les réseaux sociaux Meta, Twitter et YouTube afin de signaler aux internautes et abonnés, durant la période électorale, les contenus générés par l’IA susceptibles de les manipuler l’opinion des utilisateurs non avertis.

« Smart Click Africa suggère que le gouvernement prenne attache avec les réseaux sociaux Meta, X et Youtube pour leur demander que pendant la période électorale, ils signalent tout contenu généré par l’intelligence artificielle. C’est-à-dire qu’au bas des publications générées par l’IA, qu’un petit message du genre “ce contenu a été généré par l’IA” s’affiche», explique Beaugas Orain Djoyum, qui indique que certains réseaux sociaux le font déjà ailleurs et qu’ils peuvent l’implémenter ici en période électorale.

Trouver les meilleures pratiques pour faire progresser la vérification des faits

L’objectif global de cette conférence multipartite était d’initier un débat public sur les causes profondes de la désinformation, sa manifestation et ses conséquences sur le Cameroun dans son ensemble ; d’échanger des notes sur les meilleures pratiques pour faire progresser la vérification des faits en Afrique avec des experts invités qui ont partagé leurs expériences en matière de lutte contre la désinformation et les discours de haine en ligne pendant les périodes

L’initiative DefyhateNow de r0g_agency for Open Culture and Critical Transformation est mise en œuvre au Cameroun par une association dirigée par des jeunes et connue sous le nom de Civic Watch.

Cette conférence était diffusée en direct sur la page Facebook de DefyhateNow WCA.

Vous pouvez revoir l’intégralité en cliquant sur ce lien :

https://web.facebook.com/defyhatenowwca/live_videos

Live streaming professionnel réalisé par ICT Media STRATEGIES.

Pour vos événements diffusés en direct sur vos pages Facebook, Twitter, YouTube et Zoom, contactez ICT Media Strategies au +237 674 74 01 68 ou à l’adresse électronique [email protected].

Plus d’infos sur ces Live sur www.ictmedia.africa/live

Par Manuella Manga

Cette vidéo est un contenu de la chaîne YouTube du cabinet de veille stratégique, d’e-Réputation et de Personal branding ICT Media STRATEGIES

Articles similaires

Alice Apostoly : « Les cyberviolences peuvent constituer un premier pas vers des violences dans la vie hors ligne »

Alice Apostoly : « Les cyberviolences peuvent constituer un premier pas vers des violences dans la vie hors ligne »

Le think tank l’Institut du Genre en Géopolitique (IGG) et l’ONG féministe de solidarité internationale Equipop viennent de publier le rapport « Contrer les discours masculinistes en ligne » Rapport important qui propose des recommandation à l’Union Européenne et à ses Etats membres pour lutter contre les cyberviolences sexistes et lgbtiphobes, si prégnantes aujourd’hui. Alice Apostoly, la co-fondatrice et co-directrice de l’IGG souligne l’importance d’alerter tous les Etats membres de l’Europe sur ces violences qui laissent des traces indélébiles sur nos écrans, brisent des vies, tuent…

Alice Apostoly : « Les cyberviolences peuvent constituer un premier pas vers des violences dans la vie hors ligne »

Alice Apostoly : « Les cyberviolences peuvent constituer un premier pas vers des violences dans la vie hors ligne »

Le think tank l’Institut du Genre en Géopolitique (IGG) et l’ONG féministe de solidarité internationale Equipop viennent de publier le rapport « Contrer les discours masculinistes en ligne » Rapport important qui propose des recommandation à l’Union Européenne et à ses Etats membres pour lutter contre les cyberviolences sexistes et lgbtiphobes, si prégnantes aujourd’hui. Alice Apostoly, la co-fondatrice et co-directrice de l’IGG souligne l’importance d’alerter tous les Etats membres de l’Europe sur ces violences qui laissent des traces indélébiles sur nos écrans, brisent des vies, tuent…

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *