Smart Click Africa participe au Forum de la société civile sur les problématiques liées à la cybersécurité

Smart Click Africa Forum OSC Minpostel

20 Août 2020 | Actualités | 0 commentaires

[Smart Click Africa] – L’association Smart Click Africa a pris part au Forum de la société civile sur les questions de cybersécurité qui s’est tenu à la salle des conférences du bâtiment annexe du MINPOSTEL à Yaoundé ce 19 août 2020. La vingtaine des OSC présente a été édifié sur « le rôle des organismes de la société civile dans la lutte Contre la cybercriminalité », tout comme ces OSC ont formulé des recommandations aux pouvoirs publics en vue de mieux adresser les défis liés à la cybersécurité et à un meilleur usage du web, des réseaux sociaux et du numérique en Afrique.

Une initiative qui rentre dans le cadre de la toute première campagne d’envergure sur la promotion de la cybersécurité et la sensibilisation à l’utilisation responsable des réseaux sociaux sous le thème général : « Tous mobilisés pour la cybersécurité au Cameroun ».

Sadi et Saoudi

Après avoir été édifiés sur leur rôle, les OSC ont formulé des recommandations à l’endroit du gouvernement camerounais. Parmi ces recommandations, l’Etat a été invité à actualiser la loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité au Cameroun ; finaliser l’élaboration de la loi sur la protection des données à caractère personnel ; collaborer avec les plateformes web pour faciliter l’identification des cybercriminels et combattre la cybercriminalité ; renforcer les capacités du CIRT de l’ANTIC ; créer une entité d’intelligence cybernétique ; renforcer les capacités des agents de lutte contre la cybercriminalité ou encore à encourager les organisations religieuses à se familiariser avec les outils numériques par la formation et la sensibilisation des leaders et des masses.

Les Osc ont également plaidé pour le renforcement du cadre juridique sur la protection de l’enfant en ligne et pour l’élaboration et la vulgarisation des guides de bonnes pratiques sur l’utilisation d’internet et des réseaux.

Les associations ont par ailleurs demandé de multiplier les campagnes de sensibilisation (information, éducation, communication) envers les populations cibles et de faciliter le processus d’identification des auteurs des crimes.

Beaugas Au Forum OSC Minpostel
Yaoundé, le 19 août 2020. Minpostel. Beaugas Orain DJOYUM, président de Smart Click Africa, au Forum des OSC.

Participant à ce forum, Beaugas Orain DJOYUM, le président de l’association Smart Click Africa, a salué cette initiative et rappelé quelques propositions des OSC. « Nous avons par exemple insisté sur le fait que l’Etat camerounais devrait mettre un accent sur le soutien aux entreprises locales spécialisées dans le secteur du numérique. Ceci afin de disposer au Cameroun de grosses entreprises du numérique, à l’instar de Huawei en Chine. Cela permettra d’assurer l’influence du Cameroun à l’extérieur, car les problématiques de gestion des données et de cybersécurité relèvent aujourd’hui d’un enjeu d’intelligence économique. Au sujet de cette formation, nous pensons que c’est une initiative à saluer. Les pouvoirs publics devraient maintenir cette politique de formation des acteurs de la société civile qui doivent être mieux outillés sur les problématiques liées à la cybersécurité, mais aussi pour un meilleur usage du web, des réseaux sociaux et des solutions numériques », explique Beaugas Orain DJOYUM.

C’est René Emmanuel Sadi, le ministre de la Communication du Cameroun qui assume l’intérim au ministère des Postes et Télécommunications, en l’absence de Minette Libom Li Likeng, qui a lancé les travaux de ce forum.  Lors de la cérémonie officielle d’ouverture du Forum, il a indiqué que « les organisations de la société civile représentatives et crédibles constituent des acteurs essentiels, non seulement de la gouvernance démocratique, mais aussi de la gouvernance numérique. Elles peuvent notamment influencer les politiques de cybersécurité, afin que celles-ci reflètent au mieux les préoccupations sécuritaires de toutes catégories sociales et qu’elles permettent d’informer le public de manière utile sur les questions liées à la cybersécurité, ainsi que sur le rôle et les droits des citoyens ».

René Emmanuel Sadi et Mohamadou Saoudi au Minpostel
Yaoundé, le 19 août 2020. Minpostel. René Emmanuel Sadi (Mincom) et Mohamadou Saoudi (SG du Minpostel)

Considérant que les acteurs de la société civile n’ont pas toujours conscience de l’importance de  leur rôle dans cette problématique et qu’ils manquent d’outils et parfois de compétences pour s’y investir activement et donc que leur potentiel de contribution s’en trouve sous-exploité, il importe donc pour l’Etat, dans cette mobilisation pour la cybersécurité au Cameroun, d’engager une démarche associant tous les acteurs, pour intensifier les efforts afin de créer les conditions permettant de garantir la confiance et la gouvernance numérique du Cameroun, socle de l’émergence d’une économie camerounaise compétitive.

 « C’est dire que l’Etat a pour rôle de veiller à co-construire une régulation adaptée du numérique, plus spécifiquement celle qui garantit la souveraineté numérique et la création de la confiance dans les systèmes d’informations. L’évènement qui nous rassemble aujourd’hui est la preuve manifeste, j’en suis convaincu, que les acteurs de la société civile, adhèrent à cette volonté de dialogue impulsée par les pouvoirs publics », a ajouté René Emmanuel Sadi.

L’exposé liminaire à ce forum sur « le rôle des organisations de la société civile dans la lutte contre la cybercriminalité » a été présenté par Mounir Nji Amine, Ceo d’Enix, suivi de travaux en ateliers, puis adoption et restitution des recommandations.

L’on se rappelle que la ministre des Postes et Télécommunications, Minette  Libom Li Likeng, avait officiellement lancé le 12 août 2020 cette première campagne d’envergure sur la promotion de la cybersécurité et de sensibilisation à l’utilisation responsable des réseaux sociaux sous le thème : « Tous mobilisés pour la cybersécurité au Cameroun »

Entrant dans le cadre de la stratégie mise en place par le Gouvernement pour lutter contre la cyber-criminalité et toutes formes de délinquances dans le cyberespace, en vue d’une véritable gouvernance numérique au Cameroun, cette campagne a pour objectif, de mobiliser toutes les couches sociétales dans la lutte contre la cybercriminalité.

Après le point de presse qui a consacré le démarrage officiel de la campagne, dès le jeudi 13 août 2020, il s’est suivi un cycle de rencontres qui permettront d’atteindre les différentes composantes sociétales de la nation dans le cadre de la mise en place de la Coalition nationale pour la cybersécurité.

Par Gaëlle Massang

Rapport général du forum des OSC

CAMPAGNE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA CULTURE DE LA  CYBERSECURITE ET SENSIBILISATION A L’UTILISATION RESPONSABLE DES  RESEAUX SOCIAUX

ATELIER NATIONAL SUR LES ENJEUX ET DEFIS DE LA CYBERSECURETE AU CAMEROUN

Salle des conférences du bâtiment annexe du MINPOSTEL. Yaoundé, le 19 août 2020

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE PRESENTES

1-CNJC;

2-AFRICAN WITS;

3-LCC;

4-Collectif des organisations des consommateurs du Cameroun ;

5-Conseil Supérieur Islamique du Cameroun ;

6-Collectif des Consommateurs du Cameroun ;

7-CEPCA;

8-MINPOSTEL;

9-CNC ;

10- CNDHL ;

11- SMART CLICK AFRICA ;

12- UPF;

13- M1NAC;

14- MUDESCOB ;

15- UPAC ;

16- ENIX;

17- CTV AFRIQUE ;

18- FRESH-IMPETUS;

19- CENC.

Minpostel Campagne

RECOMMANDATIONS ISSUES DE L’ATELIER

A I ’issue de la présentation de Monsieur MOUNIR NJI AMINE sur « le rôle des organismes de la société civile dans la lutte Contre la cybercriminalité », des échanges et des travaux en atelier qui s’en sont suivis, les recommandations suivantes ont été formulées :

Organisations religieuses

Recommandation 1 : Encourager les organisations religieuses à se familiariser avec les outils numériques par la formation et la sensibilisation des leaders et des masses

Recommandation 2 : Encourager la mise en place des modalités pour la protection des informations partagées dans l’espace numérique (Cultes, prières, offrandes, etc ) par la vulgarisation des bonnes pratiques de sécurité et une formation appropriée

Recommandation 3 : Encourager les organisations religieuses à viser les jeunes dans la transmission des messages sur l’éthique et la responsabilité dans l’utilisation des réseaux sociaux (Catéchèse, école Coranique)

Recommandation 4 : Encourager les organisations religieuses en collaboration avec les autres organisations compétentes à mettre en place les modèles pour I ’accompagnement spirituel des cybercriminels (aumônerie) afin de les comprendre, de les éclairer sur le caractère malveillant, immoral de leurs actions pour qu’ils deviennent plus responsables dans leurs activités numériques.  

Organisations politiques et culturelles

Recommandation 1 : Actualiser la loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité au Cameroun

Recommandation 2 : Finaliser l’élaboration de la loi sur la protection des données à caractère personnel

Recommandation 3 : Collaborer avec les plateformes web pour faciliter l’identification des cybercriminels et combattre la cybercriminalité

Recommandation 4 : Renforcer les capacités du CIRT de l’ANTIC

Recommandation 5 : Créer une entité d’intelligence cybernétique

Recommandation 6 : Renforcer les capacités des agents de lutte contre la cybercriminalité

Recommandation 7 : Identifier les  richesses susceptibles de faire l’objet d’attaque cybercriminelles, c’est-à-dire les œuvres matérielles et immatérielles (au niveau architectural, les plans de case, l’écriture, les sonorités, etc.)

Recommandation 8 : protéger la propriété intellectuelle dans l’espace cybernétique

Recommandation 9 : créer des signatures numériques des contenus culturels

Recommandation 10 : Créer une plateforme d’identification des membres de la classe culturelle (artistes)

Recommandation 11 : élaborer un code de conduite des artistes sur l’utilisation des plateformes web

Recommandation 12 : renforcer les capacités des acteurs culturels sur la cybersécurité

Recommandation 13 : organiser les séminaires de formation des 24 pôles artistiques sur la cybersécurité

Recommandation 14 : créer des sites web contrôlés au niveau des affaires artistiques

Recommandation 15 : Assurer la formation des cyber-attaquants qui deviendront des cyber-soldats pour assurer la protection du Cameroun en cas de cyber-guerre

Recommandation 16 : L’Etat devrait permettre le développement des grosses entreprises du numérique, à l’instar de Huawei en Chine, pour assurer l’influence du Cameroun à l’extérieur

Organisations humanitaires

Recommandation 1 : organiser des campagnes de sensibilisation (information, éducation, communication) envers les populations cibles

Recommandation 2 : faciliter le processus d’identification des auteurs des crimes

Recommandation 3 : authentifier et certifier les comptes des organisations humanitaires sur les plateformes numériques

Recommandation 5 : élaborer et vulgariser les guides de bonnes pratiques sur l’utilisation d’internet et des réseaux

Recommandation 6 : adopter et réactualiser le cadre juridique au contexte actuel de l’économie numérique

Recommandation 7 : renforcer le cadre juridique sur la protection de l’enfant en ligne

Recommandation 8 : renforcer le cadre juridique en ce qui concerne la protection des personnes vulnérables et des actes de feminicides sur les réseaux sociaux

Recommandation 9 : envisager l’élaboration d’une convention internationale relative à la lutte contre la cyber-criminalité

Organisations Scientifiques

Recommandation 1 : chiffrer et signer les échanges par mail entre les membres d’un groupe de recherche

Recommandation 2: interconnecter toutes les universités et organismes de recherche scientifique via une plateforme permettant de sécuriser les travaux de recherche d’origine

Recommandation 3 : développer des solutions endogènes pour les groupes de recherches scientifiques et les héberger en local

Recommandation 4 : mettre en place une cellule de cybersécurité au sein des organismes de recherche

Recommandation 5 : adapter le système éducatif aux évolutions de la cybersécurité dans les programmes d’enseignements

Rapport des travaux lu à la cérémonie de clôture par Gnoga Charles (sous-directeur de la sécurité des Réseaux au minpostel), rapporteur du Forum.  

Articles similaires

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code